J’avais lu cette interview de Jennifer Aniston en 2005 et n’ai jamais oublié ses mots qui m’avaient marqué :

Jennifer Aniston rejette violemment l’interprétation qu’elle a été quittée par Brad Pitt pour Angelina Jolie.

« Je ne me sens pas comme une victime » dit-elle.

« J’ai travaillé avec cette thérapeute pendant longtemps, et sa philosophie est que l’on a droit à un jour d’être une victime – et c’est tout ! Ensuite on prend la responsabilité pour notre propre input. Vivre en victime c’est montrer du doigt quelqu’un d’autre, comme si vous n’aviez pas de contrôle.

La relation c’est deux personnes, chacune participe. Beaucoup va dans une relation au début, et beaucoup va dans une relation qui se défait.

Ma thérapeute disait : « Même si c’est 98 % la faute de l’autre personne, 2 % sont à vous, et c’est là-dessus qu’on va se concentrer. »

On ne peut balayer que devant sa propre porte.

Vanity Fair September 2005